La Plantation des rosiers

 

Plantation : Les règles de l’art

- La période de plantation s’étend de novembre à mars pour les rosiers en racines nues et toute l’année pour les rosiers en pot. Nous n’effectuons aucun arrachage de rosiers en pépinières avant mi-octobre afin que la plante ait atteint une bonne maturité et résiste aux grands froids.

Les plantations de novembre-décembre sont fortement recommandées surtout si vous n’avez pas la possibilité d’arroser régulièrement au printemps en cas de plantation tardive.

Les plantations du mois de mars sont souvent préférables dans les terrains lourds et humides où l’eau stagne l’hiver, à condition de pouvoir assurer ensuite un arrosage régulier ( 2 à 3 fois par semaine ).

Distance de plantation :

· Rosiers buissons : 0,40 à 0,50 m

· Rosiers arbustes : 0,80 à 1 m

· Rosiers grimpants palissés : 2,50 à 3 m

 

Astuces :

Le choix du porte-greffe est très important. Si votre terrain est calcaire, n’oubliez pas de nous demander des rosiers greffés sur laxa.

Ne jamais replanter à l’emplacement où il y avait déjà un rosier auparavant. Si vous ne pouvez pas faire autrement, changer la terre sur 40 cm de profondeur et 60 cm de largeur pour éviter une baisse de végétation et de vigueur très importante.

Evitez de planter vos rosiers à racines nues trop près d’une haie adulte. Délimitez et contrôlez les racines de ces arbres avec un écran stop racine le temps que les rosiers s’installent.

Dans un massif, plantez d’abord vos rosiers à racines nues, puis les vivaces en 2ème ou 3ème année pour éviter qu’elles n’étouffent les rosiers.

 

 

Les quatre étapes de la plantation :

1. Creuser un trou :

La bonne préparation du sol et des emplacements de plantation détermine la végétation future. Pour petits groupes ou sujets isolés, creuser sur environ 40 cm de profondeur et 40 cm de large. Pour des massifs importants, effectuer un labeur profond de toute la surface. Vous pouvez effectuer cette opération quelques jours avant la plantation des rosiers. Dans les deux cas, pour éviter de compacter le fond et les parois du trou, donnez quelques coups de fourche bêche.

 2. Enrichir la terre :

 Pour améliorer le sol, ajouter 5 kg/m2  ( 10 kg pour les sols sablonneux ) d’engrais organique.  Attention à l’emploi de fumier de ferme qui serait insuffisamment décomposé ! En sol argileux lourd, ajouter du sable de rivière non calcaire ou du terreau pour arbustes ou rosiers ( une demi-brouette par m2 ). N’utilisez pas de terreau universel ou pour plantes fleuries trop fin pour cet usage.

 

 3. Préparer le rosier :

 Avant plantation, le rosier doit être préparé. Retaillez un petit peu, si nécessaire, les branches. Ne craignez pas de tailler court, c’est ainsi que vous assurerez la reprise. Rafraîchissez également au sécateur l’extrémité des racines ( 1 cm ).

 4. Plantation du rosier :

 Ne laissez pas sécher le rosier, plantez-le dès que vous avez effectué les opérations de préparation ci-dessus. Plantez en enterrant le rosier jusqu’au point de greffe. Comblez de terre en tenant d’une main gantée le rosier pour qu’il ne s’enfonce pas. Puis, tassez.

 Astuces :

Faire tremper les branches et racines 3 à 4 heures dans un seau d’eau avant plantation pour assurer une bonne réhydratation. Le pralinage des racines améliore la reprise des rosiers surtout pour les plantations effectuées au printemps. Plongez les racines dans un seau contenant une boue épaisse constituée d’une solution constituée d’eau et  d’extrait d’ortie ( 1/2 L d’extrait d’ortie pour 5 L d’eau ).

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site